....Cost of Creating Impact .. Le coût de la création d'impact ....

1colourhouse.jpg

....

There is no doubt that 3rd party certification programs were devised with the best of intentions.  Since the late 1980’s/early 1990’s several fair trade, fair labor, organic, and ethical business certification and labeling organizations have been leading the charge in educating consumers on ethical business standards, while trying to serve as “watchdog” organizations calling out companies and factories who are using sub-par to inhumane labor practices.

..

Il ne fait aucun doute que les programmes de certification de tierce partie ont été conçus avec les meilleures intentions. Depuis la fin des années 1980 et le début des années 1990, plusieurs organisations de certification et d'étiquetage du commerce équitable, du travail équitable, du bio et de l'éthique mènent des campagnes d'éducation aux près des consommateurs sur les normes éthiques et commerciales, tout en essayant de servir en tant qu’organisations «chien de garde» appelant les entreprises et les usines qui utilisent des pratiques de travail illégal et inhumain.

....

The crafts and natural cosmetics industries are both growing sectors, each contributing $30 billion in trade, and social enterprises in Africa are at the forefront of these sectors. As the pioneers of ‘ethical business’, the craft and natural cosmetics sectors have been putting these standards into action long before there was even a name for it. With the increasing importance of transparency and because they’re closest to the start of the value chain – these social enterprises feel more and more pressure to align with and comply with these global standards, to get the label or seal for customers and consumers alike.

..

L’industrie de l'artisanat et des cosmétiques naturels sont des secteurs en pleine croissance, chacune contribuant pour 30 milliards de dollars au commerce, et les entreprises sociales en Afrique sont à l'avant-garde de ces secteurs. En tant que pionniers du «business éthique», les secteurs de l'artisanat et de la cosmétique naturelle ont mis ces normes en pratique bien avant qu'il y ait même un nom. Avec l'importance croissante de la transparence et parce qu'ils sont les plus proches du début de la chaîne de valeur, ces entreprises sociales se sentent de plus en plus obligées de s'aligner et de se conformer à ces normes internationales pour obtenir le label ou le sceau pour les clients et consommateurs.

....

While some of these standards have some flexibility, for the most part they are often designed without understanding the complexities social enterprises may face when working towards compliance. There is often a need for substantial human and financial resources to ensure that the standards are implemented effectively – which is taxing on these businesses which already operate on narrow margins due to the social impact they are already creating with their employees and communities. Additionally, there is often an assumption that without these standards, these social enterprises may be exploiting and/or taking advantage of workers – when in reality, it’s not so black and white.

..

Bien que certaines de ces normes aient une certaine souplesse, elles sont souvent conçues sans comprendre les complexités auxquelles les entreprises sociales peuvent être confrontées lorsqu'elles travaillent vers la conformité. Des ressources humaines et financières importantes sont souvent nécessaires pour assurer la mise en œuvre efficace des normes - ce qui pénalise les entreprises qui ont déjà des marges étroites en raison de l'impact social qu'elles créent déjà avec leurs employés et leurs communautés. De plus, on suppose souvent que sans ces normes, ces entreprises sociales pourraient exploiter et / ou profiter des employés - alors qu'en réalité, ce n'est pas si noir et si blanc.

....

This is not to say there is not value in third party certifications and standards. Being able to demonstrate the impact which each social enterprise creates not only builds the credibility of these businesses but also gives them a tool to communicate exactly what they are doing (in the form of a globally recognized seal). But what becomes burdensome is the substantial investment of both time and money that social enterprises must invest to reach these standards – in addition to the need to fit into a ‘one size fits all’ approach by having not taking into context the different models of craft and natural cosmetics businesses. 

..

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de valeur dans les certifications et normes de tiers. Être capable de démontrer l'impact que chaque entreprise sociale crée non seulement renforce la crédibilité de ces entreprises, mais leur donne également un outil pour communiquer exactement ce qu'elles font (sous la forme d'un sceau mondialement reconnu). Mais ce qui devient onéreux, c'est l'investissement substantiel de temps et d'argent que les entreprises sociales doivent investir pour atteindre ces normes - en plus de la nécessité de s'inscrire dans une approche unique en ne tenant pas compte des différents modèles d'artisanat et les entreprises de cosmétiques naturels.

....

Often, this pressure to comply comes from large retailers at the end of the value chain who want to demonstrate compliance with ethical standards consumers are asking for. In the era of asking ‘who made your clothes’ these retailers know that consumers want to know more about where their products are coming from – and these 3rd party assessments provide a global standard for this. But who is ultimately responsible for the cost?

..

Souvent, cette pression à se conformer vient des grands détaillants à la fin de la chaîne de valeur qui veulent démontrer la conformité aux normes éthiques que les consommateurs demandent. À l'ère de la question «qui a fait vos vêtements», ces détaillants savent que les consommateurs veulent en savoir plus sur l'origine de leurs produits - et ces évaluations par des tiers fournissent une norme mondiale. Mais qui est finalement responsable du coût?

....

Many of the social enterprises are already complying with most requirements of these standards but may not have the official seal or label to prove it. They often feel the pressure to bear the cost to acquire seals and labels because they need the business of these large customers – but it is difficult to find the support to help with the additional investment required for them to comply.

..

Bon nombre d'entreprises sociales se conforment déjà à la plupart des exigences de ces normes, mais peuvent ne pas avoir le sceau officiel ou le label pour le prouver. Ils ressentent souvent la pression de supporter le coût d'acquisition des sceaux et des labels parce qu'ils ont besoin de l'activité de ces gros clients - mais il est difficile de trouver le soutien pour les aider avec l'investissement supplémentaire requis pour se conformer.

....

Let’s take the living wage for example, which most social enterprises are striving towards paying. Making an assumption that a substantial study, conducted by the social enterprise or other party, has already been conducted to determine what the living wage is within their country, the social enterprise now needs to work on increasing wages in a sustainable way – without putting too much pressure on the cashflow and finances of the business. This is not a process which can happen overnight and there is a delicate dance which needs to occur to increase marketing activities, to increase sales, to bring in more income in order to handle the required increase in wages. One solution would be to increase pricing, but this is a challenge as price increases are always dependent upon what the market is willing to pay and customers are in a position to simply not purchase products if prices become too high. A lot to think about, right?

..

Prenons par exemple le salaire vital, que la plupart des entreprises sociales s'efforcent de payer. En supposant qu'une étude substantielle, menée par l'entreprise sociale ou autre partie, a déjà été menée pour déterminer quel est le salaire vital dans leur pays, l'entreprise sociale doit maintenant travailler sur l'augmentation des salaires de manière durable - sans mettre trop de pression sur les flux de trésorerie et les finances de l'entreprise. Ce n'est pas un processus qui peut se produire du jour au lendemain et il y a une démarche délicate qui doit se produire pour augmenter les activités de marketing, augmenter les ventes, augmenter les revenus afin de gérer l'augmentation nécessaire des salaires. Une solution consisterait à augmenter les prix, mais c'est un défi car les augmentations de prix dépendent toujours de ce que le marché est prêt à payer et les clients sont en mesure de ne pas acheter de produits si les prix deviennent trop élevés. Beaucoup de choses à penser, non?

....

A more effective and sustainable solution would be to develop standards that allow social enterprises to show the wage growth of their employees and producers vs. reaching an aspirational “living wage” since so many employees working in craft and natural cosmetics would have (or have had) no employment prior to the opportunities the social enterprises are creating.

..

Une solution plus efficace et durable consisterait à élaborer des normes qui permettent aux entreprises sociales de montrer la croissance des salaires de leurs employés et producteurs plutôt que d'atteindre un «salaire décent» ambitieux puisque de nombreux employés travaillant dans l'artisanat et la cosmétique naturelle n’auraient pas eu d'emploi sans les opportunités créées par les entreprises sociales.

....

The cost of creating impact and compliance, more often than not, sits with the social enterprise, regardless of the investment which they need to make in order to comply. But does it have to be this way? How can we work towards sharing the responsibility of impact along the value chain?

..

Le coût de la création de l'impact et de la conformité, le plus souvent, se situe au niveau de l'entreprise sociale, indépendamment de l'investissement dont ils ont besoin pour se conformer. Mais est-ce que ça doit être comme ça? Comment pouvons-nous travailler pour partager la responsabilité de l'impact tout au long de la chaîne de valeur?

....

  • Standards and compliance should be a discussion between the buyer and the social enterprise, to understand the investment requirements for reaching compliance and work together to ensure that the strategy to achieve is realistic and manageable by the social enterprise.

..

  • Les normes et la conformité devraient être une discussion entre l'acheteur et l'entreprise sociale, pour comprendre les exigences d'investissement pour atteindre la conformité et travailler ensemble pour s'assurer que la stratégie à réaliser est réaliste et gérable par l'entreprise sociale.

....

  • Large retailers could provide financial support for the audit, financial support to make facility or process upgrades and make efforts to understand the social enterprises which they work with better. Instead of just stating ‘comply’, get to know the artisan business and the specific context in which they work. Providing additional ‘support’ will share the burden throughout the value chain – but not require substantial increase in pricing.

..

  • Les grands détaillants pourraient fournir un soutien financier pour la vérification, un soutien financier pour améliorer les installations ou les processus et faire des efforts pour mieux comprendre les entreprises sociales avec lesquelles ils travaillent. Au lieu de simplement dire «se conformer», apprendre à connaître le métier d'artisan et le contexte spécifique dans lequel ils travaillent. Fournir un «soutien» supplémentaire permettra de partager le fardeau tout au long de la chaîne de valeur - mais sans exiger une augmentation substantielle des prix.

....

  • Standards need to be able adapt to different business contexts. Across Africa, the Middle East and the world – there are numerous models and organizational structures and the standard should not be a ‘one size fits all’. As previously mentioned - there should be a new understanding of employment looking at increasing wages, comparing what employees made before to their “growth wages” showing upward mobility instead of an arbitrary standard of a “living wage”.

..

  • Les normes doivent pouvoir s'adapter à différents contextes d'affaires. À travers l'Afrique, le Moyen-Orient et le monde - il existe de nombreux modèles et structures organisationnelles et la norme ne devrait pas être une «taille unique». Comme mentionné précédemment - il devrait y avoir une nouvelle compréhension de l'emploi concernant l'augmentation des salaires, en comparant ce que les employés ont fait avant leurs «salaires de croissance» montrant la mobilité ascendante au lieu d'une norme arbitraire d'un "salaire vital".

....

  • Retailers could also add an “empowerment fund” component to their pricing adding a $1 give back to social enterprises for products sold or some other creative solution that helps them market their involvement to consumers and gives support back to the organizations. This provides an increase per product for the social enterprise, while being transparent to consumers on where their money is going.

..

  • Les détaillants pourraient également ajouter un élément «fonds d'autonomisation» à leur tarification, en ajoutant un don de 1 dollar aux entreprises sociales pour les produits vendus ou une autre solution créative qui les aide à commercialiser leur participation auprès des consommateurs et à les soutenir. Cela fournit une augmentation par produit pour l'entreprise sociale, tout en étant transparent pour les consommateurs sur l'endroit où va leur argent.

....

  • Increase the transparency throughout the value chain – social enterprises at producer level are expected to provide information and documentation on their good business practices; why can’t this happen at the top of the value chain as well? It’s happening more with certifications such as B Corp and WFTO, but could this become the new normal?

..

  • Accroître la transparence tout au long de la chaîne de valeur - les entreprises sociales au niveau des producteurs devraient fournir des informations et de la documentation sur leurs bonnes pratiques commerciales; pourquoi cela ne peut-il pas se produire également au sommet de la chaîne de valeur? Cela se passe plus avec des certifications telles que B Corp et WFTO, mais cela pourrait-il devenir la nouvelle norme?

....

  • Engage more government and non-profit certifies to get involved in the certification process, perhaps offering subsidies, scholarships or grants to achieve these 3rd party certifications and standards. Let’s think in innovative ways – perhaps certified companies that see a result in sales can sponsor smaller businesses following in the footsteps? Let’s just share the burden rather than having it sit on the back of the companies.

..

  • Engager plus de certifications gouvernementales et à but non lucratif pour s'impliquer dans le processus de certification, offrir peut-être des subventions, des bourses ou des subventions pour réaliser ces certifications et normes tierces. Pensons de façon novatrice - peut-être que les entreprises certifiées qui voient un résultat dans les ventes peuvent parrainer les petites entreprises en suivant les traces? Partageons le fardeau plutôt que de le faire reposer sur le dos des entreprises.

....

If there is increased demand to see a certificate, a label or a seal to show consumers that products are from ‘ethical business’ then the responsibility should be shared with every player who is involved in bringing that product to market. I’ve said this before and will continue to spread the word - we’re stronger together and working to find a solution which works for everyone is  going to be the key to driving impact and encourage more suppliers to get on board with compliance.

..

S'il y a une demande accrue de voir un certificat, un label ou un sceau pour montrer aux consommateurs que les produits proviennent d'une «entreprise éthique», alors la responsabilité devrait être partagée avec chaque acteur impliqué dans la commercialisation de ce produit. Je l'ai déjà dit et je continuerai à passer le mot: nous sommes plus forts ensemble et nous travaillons pour trouver une solution qui fonctionne pour tout le monde, qui sera la clé de l'impact et qui encouragera davantage de fournisseurs à se mettre en conformité.

....

 

*Special thanks to Stacey Edgar for contributing to this blog!

Daniella Mastracci